Budget primitif 2019 : « à la vitesse d’un escargot au galop »

Conseil municipal de Nancy – Lundi 25 mars 2019 – 14h30

2 – Vote du budget primitif 2019


Intervention de Chaynesse Khirouni
(Seul le prononcé fait foi)

 

Monsieur le maire, chers/chères collègues,

Le budget qui est débattu aujourd’hui est un budget particulier puisque nous sommes à un an des élections municipales. Il est, donc possible de faire une évaluation de la politique menée par votre majorité durant ces 5 années d’exercice des responsabilités. C’est là que l’exercice d’évaluation se corse. Quel projet, Monsieur le Maire, portez-vous pour Nancy ?

Celui présenté aux Nancéien-ne-s en 2014 ? Vous proposiez, il est vrai, sans réel contenu, le défi de créer une nouvelle Ecole de Nancy. Ce projet n’a même pas pu être budgété, il était caduque le lendemain de l’élection.

Celui élaboré en 2015, un an après les municipales ? L’ambition retenue était de « tout faire pour promouvoir Nancy dans le monde d’aujourd’hui. Une métropole attractive, conduite avec le souci du dialogue permanent, avec ceux qui y vivent ».

Celui de 2018, « Nancy 2030, cap vers la transition écologique », dernier né, quand vous avez découvert, un beau matin, « l’urgence écologique ».

Que marque cette inconstance ? Tout simplement l’absence de vision et d’ambition pour Nancy. Vous l’avez vous-même formalisé, lors de la campagne des municipales. En réponse à une interview d’un journaliste de L’Express, vous évoquez votre futur mandat. Je vous cite : « Le gros du boulot est fait. Mon mandat sera un mandat de finition, pas de grands projets. Il faudra plonger dans le détail, régler les problèmes, qui se posent ici et là, mais pas tout révolutionner. ».

« Un mandat de finition, pas de grands projets ». Voilà votre marque de fabrique qui explique pour partie, l’absence d’actions d’envergures face aux défis auxquels Nancy est confrontée. Et les budgets traduisent cette réalité. Nous allons le constater.

Puisque, vous êtes un adepte de la fusion des communes, vous partagerez avec notre groupe, notre choix de lier les actions de la ville et celles de la Métropole, dans laquelle vous exercez les fonctions de vice-président à l’attractivité.

Investissements et endettement

En cette année pré-électorale, vous avez mis en avant, dans le Budget municipal, un rythme d’investissements supérieur à la moyenne du mandat qui s’achève. Une illustration en creux de la faiblesse des investissements conduits ces dernières années et du retard pris par votre projet-phare : le Musée Lorrain. Je retiens que ces dépenses auront été grandement soutenues par la cession du patrimoine municipal à hauteur de près de 10M€, des recettes non pérennes, qui auront permis de limiter l’endettement mais qui reste un levier de court terme.

Mais, ce qui demeure inquiétant, c’est le niveau d’endettement qui reste extrêmement élevé et atteint au total (Nancy et Grand Nancy), 3600 € par habitant ! En intégrant, le milliard d’euros d’autorisations de programmes pour les 10 années à venir pour la Métropole, comment réussirons-nous à soutenir les investissements nécessaires pour Nancy et le Grand Nancy ?

Enfin les inquiétudes liées à la suppression de la Taxe d’habitation en 2021 nous interrogent quant à la future autonomie fiscale et budgétaire de la commune à court terme. Que restera-t-il comme levier fiscal aux élus locaux pour mener à bien leurs propres projets ?

Attractivité économique

Notre ville est confrontée à un double échec. L’attractivité de notre métropole reste faible, d’une part. Et d’autre part, notre centre-ville voit se multiplier depuis près d’une quinzaine d’années des commerces vides. Notre groupe, vous a, à plusieurs reprises alerté sur cette question mais surtout a fait depuis maintenant 10 années des propositions. Or, vous avancez à la vitesse « d’un escargot au galop » sur ce sujet (comme sur bien d’autres d’ailleurs).
Monsieur le maire, dans le domaine de l’attractivité, c’est bien de grands projets et de solutions innovantes dont Nancy a besoin et non pas de finition.

Autre défi : la transition écologique

La transition écologique est sortie du chapeau un matin, il y a un peu plus d’un an maintenant.
Je ne sais pas combien ont coûté tous les documents et rapports publiés mais une chose est certaine, est que la démarche n’a rien d’écologique et relève plutôt du marketing et de la communication.
Pour 2019, vous affichez 5 millions d’euros pour la transition écologique. Comment ?
En additionnant des choux et des carottes, en repeignant en vert des investissements déjà prévus ou rendus obligatoires par la loi. Quelques finitions, en quelque sorte.

Ainsi, on retrouve, pêle-mêle :
– le réaménagement de la place de la Croix de Bourgogne transformée en oasis de fraîcheur,
– l’achat de véhicules électriques pour les services de la ville, choix pour lequel nous avions déjà exprimé un certain nombre de réserves quant à la pertinence en termes d’impact écologique compte tenu des faibles kilométrages à l’usage.
– la végétalisation de façades d’immeubles

Et dans le même temps, des choix contradictoires et incohérents.

Tout d’abord, à Nancy, vous prévoyez d’allouer 200k€ à l’installation d’une climatisation au marché central en réponse aux conditions d’exercice compliquées des commerçants et de leurs salariés. Mais avez-vous bien mesurer les nouvelles charges pour les commerçants ? Compte tenu des ambitions écologiques, ne serait-il pas plus pertinent de travailler à l’isolation de ce bâtiment sans doute énergivore avant de chercher à mieux le refroidir en été.

Enfin, concernant les déplacements, politique publique cruciale en matière de transition écologique, vous et votre majorité, à la métropole, avez voté pour l’augmentation des tarifs de transport, pour la baisse des fréquences de passage, pour la diminution des km… Et les cyclistes attendent toujours leur réseau de pistes cyclables denses et sécurisées.

Mesures sociales et pouvoir d’achat

Vous affichez une enveloppe qui représente 500k€.
Ce montant correspond à la somme de chiffres qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, à savoir :

• 250k€ de hausse liée au régime indemnitaire des agents, c’est en moyenne une dizaine
d’€ en plus par mois pour chacun des agents de la ville.
• La non-recette potentielle qu’aurait représentée une hausse des tarifs de la commune
• Enfin, concernant l’enveloppe que vous consacrez directement à la vie quotidienne des Nancéien-ne-s, cela vire carrément au ridicule : 36k€ répartis entre une nouvelle carte Nancy Seniors (13k€), l’augmentation du nombre de bons destinés aux seniors par le CCAS (12k€), ou enfin l’augmentation de la valeur de carte Nancy Famille (11k€).

36k€ en faveur du pouvoir d’achat ramené à une ville qui compte 106 000 Nancéien-ne-s, cela représente 34cts d’€ par habitant. Quant à la fiscalité, les taux ne bougent pas mais par le truchement de la hausse des bases, les recettes vont tout de même augmenter d’1M€, représentant 9,3€ par habitant.

Enfin, vous n’êtes pas à une contradiction près, puisqu’à la Métropole, vous votez pour la hausse des tarifs des services publics : transports, piscine, eau… En matière de mesures sociales et de pouvoir, l’affichage est donc de rigueur.

Concernant la politique RH de la collectivité

Je rappelle que plus de 150 postes ont été supprimés depuis le début du mandat, au-delà du nombre que vous aviez prévu dans votre plan d’économies, puisque vous évoquiez la suppression de 85 postes ! Ces suppressions se sont accompagnées de la baisse du volume des heures supplémentaires impactant fortement les indemnités des agents de catégorie C, nombreux dans notre collectivité. Votre reprise en main de l’administration municipale s’est manifestée par des réorganisations de pôles, de services, qui manifestement n’ont pas toujours été bien accompagnées.

C’est donc la question de la reconnaissance de la place de chacun et du bien-être au travail qui se pose aujourd’hui. De nombreux cas nous sont remontés (directement ou via la presse) mettant en lumière un management pas toujours adapté dans ce contexte de réorganisation.

Le prochain chantier qui s’ouvre devant nous est celui de la mutualisation renforcée avec la métropole. Nous recommandons une conduite exemplaire de ce dossier, en concertation avec l’ensemble des organisations syndicales représentatives. Les quelques 2000 personnes employées par la commune, sont les premiers ambassadeurs de notre collectivité auprès des usagers et citoyens nancéiens. Cette réforme importante ne peut se faire au détriment du personnel et de la qualité du service public.

Je terminerai mon propos en évoquant la démocratie participative et la transparence
Dans ces domaines, cela a le mérite d’être clair. Il n’y a pas eu de nouvelles impulsions significatives. Au contraire on constate même un recul en matière de transparence.

En termes de démocratie participative, nous constatons que le fonctionnement des conseils citoyens a peu évolué et leur budget est resté figé à hauteur de 1600 €.

En termes de démocratie et de transparence, le constat de recul est implacable. Alors que de nombreuses villes proposent aux citoyens de suivre les conseils municipaux en direct, à Nancy, vous proposez un accès différé aux débats. Je n’évoque même pas la question de la participation aux conseils, compte-tenu de l’horaire de nos séances, le nancéien-citoyen actif est exclu de nos séances.

Enfin, alors que notre assemblée avait pour habitude d’examiner, en début de conseil, les décisions du maire prises par délégation de décision, vous avez fait le choix de basculer à la fin de notre ordre du jour cette question. Pour quelle raison ? Afin d’éviter le débat et les réponses sur les questions qui fâchent. Parce que vous n’assumez pas la transparence sur un certain nombre de décisions prises. C’est le cas, notamment, du coût du sondage commandé par votre majorité ou le marché dédié aux actions de communication…

C’est un manque de respect non seulement pour votre minorité mais plus généralement pour les nancéiens qui ont le droit de connaître en toute transparence les décisions que vous prenez. Alors que les citoyens sont en attente d’une démocratie renouvelée, ouverte, vous faites le choix de conserver les pratiques de l’ancien monde, mais pas les meilleures.

Comme pour la transition écologique, encore un grand projet et défi pour lequel vous avez encore loupé le coche Monsieur le Maire. Finalement ce budget 2019 et cet esquisse de  bilan de votre mandat pour ces 5 années, vous donne raison, Monsieur le Maire. Vous avez au moins tenu un engagement. Celui d’avoir fait de votre mandat « un mandat de finition et non pas un mandat de grands projets ».