Transition écologique : ayons de vraies ambitions

Conseil municipal de Nancy – Lundi 4 février 2019 – 14h30

1 – Communication – Nancy 2030, cap sur la ville écologique


Intervention de Bertrand Masson
(Seul le prononcé fait foi)

 

Monsieur le maire, chers collègues,

En complément des interventions de nos deux collègues, je souhaitais apporter à mon tour d’autres éléments d’analyse et de prospective sur ce dossier. Puisque que cette feuille de route semble s’être égarée en l’utile et le futile, le local et le global, je pense utile que nous nous concentrions sur le cœur des missions dévolues aux communes pour dresser un vrai plan d’actions autour de 3 grandes priorités. 3 axes avec un impact réel sur la vie quotidienne de nos concitoyens, 3 thèmes que sont l’alimentation, l’habitat et les mobilités.

Non pas que ces sujets soient absents de vos orientations mais il me semble qu’en nous concentrant sur quelques sujets en y mettant les moyens adéquats, plutôt que de s’éparpiller dans d’infinies priorités, objectifs et actions, nous pourrions être plus efficaces et pertinents.

Pour m’inscrire dans la continuité de la parole portée par Chaynesse Khirouni, je souhaite évoquer la question des mobilités. Elle a souligné à juste titre l’insuffisance manifeste de votre politique de transports. Elle se traduit notamment par un chiffre celui du nombre de voyages en transport en commun par habitant sur le territoire. Sur la base des chiffres de 2017, on atteint 105 voyages/an/habitant.
Sur l’agglomération dijonnaise, de taille tout à fait comparable à la nôtre, ce chiffre s’établit à 185 voyages/an/habitant, soit 46,5M voyages par an.
On atteint presque 200 voyages par habitant à Strasbourg. Autant d’exemples de territoires où le développement d’un réseau robuste et l’augmentation de l’offre kilométrique s’accompagnent d’une augmentation massive et continue de la fréquentation du réseau.

Et à Strasbourg, tout à comme Grenoble ou Nantes, des mesures ont été prises en faveur d’une tarification solidaire, prenant en considération les ressources des usagers. Une mesure à la fois sociale et écologique.

Sans chercher à simplement copier ce qui se fait par ailleurs, nous pourrions aisément réfléchir à des solutions innovantes en la matière permettant de concilier à la fois les enjeux de la transition écologique et ceux de la justice sociale. Pour donner à chacun, fonction de ses besoins déplacements, une solution adaptée, avec une tarification incitative. Le support unique qui vient d’être mis en œuvre à Mulhouse permettant d’accéder au réseau de bus, au parking etc… est une piste à explorer.
Favoriser et encourager le report vers des modes doux, ça se travaille par une véritable politique en faveur du vélo, avec un véritable réseau articulé et structurant. Sans viser de suite une ville exemplaire comme Copenhague, donnons-nous tout de même les moyens. Et la mutation d’une partie du territoire communal en zone 30 ne doit pas nous exonérer de mettre de véritables moyens financiers dans l’extension de ce réseau.

Autre sujet mais même philosophie : l’alimentation. La mesure symbolique de votre communication consiste en l’affichage d’un taux de 20% de nourriture bio dans les cantines nancéiennes. Notons déjà votre évolution car quand nous vous avions suggéré d’atteindre ce modeste objectif lors du dernier renouvellement du contrat nous liant avec le prestataire Sodexo, vous nous aviez répondu « inutile et trop coûteux ». Préférant les circuits courts qui ne garantissent malheureusement pas la qualité du produit final.

En 2020, Nancy se conformera donc seulement à un engagement pris lors du Grenelle de l’environnement adopté en 2008. Grenoble est aujourd’hui à 50% de produits bios et locaux, vise à moyen terme d’arriver à la barre symbolique des 100%, tout en proposant un repas végétarien par semaine. A St Etienne, autre grande ville, les écoliers bénéficient déjà de repas composés à 80% de produits bio, 70% de produits locaux, ont une alternative végétarienne chaque jour.

Au-delà de la question des labels, se pose simplement la question du « bon » dans les cantines : bannir l’utilisation des produits industriels, réduire celle des produits transformés, réduire les apports carnés,… Bref proposer des repas de qualité. La commande publique est un des leviers de cette mutation, favoriser l’accès des producteurs bios aux marchés de la ville, encourager les restaurateurs à se fournir auprès de ces derniers en sont d’autres. C’est de cette manière que l’on constituera et viabilisera des filières d’approvisionnement à proximité de notre agglomération.

Le dernier point que je souhaitais aborder concerne l’habitat. Vos annonces sont modestes, et parfois cosmétiques quand il s’agit de végétaliser des façades d’immeubles de la ville. Il est en tout cas regrettable, comme le rappelait notre collègue Gilles Lucazeau lors du dernier conseil municipal, que de telles prescriptions dépassant les simples obligations rglementaires, n’aient pas été mises en œuvre lors de la construction du quartier Nancy Grand Cœur.

Nous appelons de nos vœux que les prochains projets urbains d’ampleur (Alstom, friches universitaires et hospitalières, etc…) réussissent à porter une nouvelle manière d’envisager la ville en :
– Travaillant bien entendu sur le bâti, pour obtenir des constructions à énergie positive, respectueuses de l’environnement,
– Travaillant également sur la qualité et l’inventivité architecturale pour ne pas reproduire l’uniformité triste et cubique de Grand Cœur ou Stanislas Meurthe
– Travaillant également sur l’accès à tous de ces futurs logements,
– Travaillant sur d’autres modalités de vie comme l’habitat partagé, l’autopromotion,… bref sur de nouvelles manières de faire ville ensemble.
C’est l’une des thématiques absentes de votre projet, le lien et la justice sociale, qui était pourtant au cœur du concept de développement durable.

Habitat, mobilités, alimentation : ciblons nos priorités pour être efficaces et lisibles pour nos concitoyens. Favorisons dans le même temps les prises d’initiative citoyennes, associatives allant en ce sens. Voilà un cap intéressant pour la ville écologique de demain.