Sondage à Nancy : la transparence s’impose en matière d’utilisation de l’argent public

En parallèle d’un audit sur la communication de la Ville de Nancy à 120 000 € HT, plusieurs articles de la presse locale* ont fait état d’un sondage commandé à l’institut BVA par le Maire de Nancy, et pris sur le budget communication de la commune pour un coût de 19 000 €. Le but affiché serait « l’évaluation par les citoyens des politiques et services publics, des grands projets ».

A la même période, nous avons été alertés par des Nancéiens surpris d’être interrogés sur l’action de la municipalité… mais aussi et surtout sur des questions telles que : « Connaissez-vous le parti politique du Maire de Nancy ? » ou encore « Quelle est votre opinion sur Mathieu Klein ? Chaynesse Khirouni ? Bertrand Masson ? Carole Grandjean ? Laurent Garcia ? ».

Si Laurent Hénart est en droit de dépenser 19 000 € dans un sondage afin de tester la portée de sa politique (bien qu’il soit légitime de s’interroger sur sa pertinence en période de restriction budgétaire), il serait scandaleux que de l’argent public ait été utilisé à des fins électorales dans le seul but de préparer les élections municipales de 2020. C’est pourquoi nous demandons à ce que la transparence totale soit faite sur le sondage commandé par la mairie, sur l’ensemble des questions posées et, par la suite, sur les résultats obtenus.

Nous demeurerons vigilants et intransigeants sur la mobilisation des ressources de la collectivité. A Nancy comme ailleurs, le temps de la transparence s’impose en matière d’utilisation de l’argent public.

 

* « Laurent Hénart : Engagements tenus », Est Républicain du 20 juin 2018 ; « Laurent Hénart : gestion et image de la ville », La Semaine du 21 juin 2018.

 

Les élu.e.s du groupe « Nancy, Ville Meilleure » :

Guy Alba, Marianne Birck, Nicole Creusot, Chantal Finck, Vincent Herbuvaux, Chaynesse Khirouni, Mathieu Klein, Antoine Le Solleuz, Gilles Lucazeau, Bertrand Masson (Président du groupe), Julie Meunier, Areski Sadi, Nadia Sutter.