Ligne 1 : près de 20 ans de retard

Conseil métropolitain du Grand Nancy
Vendredi 20 avril 2018 – 14h30

1 – Débat sur le renouvellement et l’extension de la ligne 1


Intervention de Bertrand Masson

(Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le Président,
Cher.e.s collègues,

Je veux tout d’abord rappeler que le sujet de notre débat est éminemment politique, il n’est pas que technique. Et la politique, c’est aussi une volonté de faire, la capacité de parfois soulever des montagnes et de transcender les contraintes techniques.

La question des transports porte de nombreux enjeux :

  • celui du service public, du service rendu aux usagers, du service du au public ;
  • celui de l’égalité entre les personnes et entre les territoires ;
  • celui du développement économique de notre territoire ;
  • et enfin celui du développement durable et de la transition énergétique, si cher au maire de Nancy ces dernières semaines.

Depuis le début des années 2000 et le choix que vous avez fait, ce tram est mort-né. Je ne reviens pas sur les nombreux dysfonctionnements constatés, la saturation quotidienne, la faible vitesse commerciale.

Depuis 2000, on sait qu’il faudra à moyen terme penser son renouvellement. Et l’échéance de 2022/2023, prolongée à coup de millions d’euros, est connue depuis de nombreuses années. Que l’on ne nous dise pas qu’il est nécessaire de prolonger encore de quelques mois le temps des études.

À l’heure où de très nombreuses agglomérations de France et d’Europe sont dotées maintenant de réseaux de transport performants, où l’on pense leur développement, à Nancy en 2018, on en est encore à se demander quel matériel est le plus pertinent pour la ligne 1 ! On devrait en 2018 débattre du tracé de la ligne 2 ou inaugurer le tram-train entre Champigneulles et Jarville !

L’heure n’est plus aux tergiversations, aux études de faisabilité, aux reports de décisions. Cela fait près de 20 ans que les Grands Nancéiens attendent que cette Métropole prenne les décisions conformes aux enjeux que j’ai évoqués. Non au phasage ! Non au projet 1 et au projet 2 !

Alors je veux dire ici qu’il serait inacceptable qu’au premier jour de sa mise en service, la nouvelle ligne de tram ne relie pas la Porte Verte au plateau de Brabois.

Je suis assez scandalisé de lire qu’il convient d’installer un comité de suivi pour la liaison Vélodrome/Brabois « pour suivre les études et expertiser les différentes solutions techniques », qui permettra, je cite encore, « de caler le calendrier et de lisser le budget sur une période plus longue ».

On croirait à vous entendre que le plateau de Brabois a surgit de terre il y a quelques semaines et que vous découvrez cette donnée géologique.

C’est d’ailleurs tout à fait inconséquent d’avoir impulsé et soutenu le développement universitaire et économique du plateau sans avoir pensé, en même temps, une desserte digne de ce nom.

De la même manière, il y a maintenant urgence à penser notre réseau de transport à une échelle plus grande.

La connexion tram/TER doit être prioritaire. La connexion à Roberval au Sud ne peut attendre tout comme la liaison Saint-Georges/Champigneulles qui ne fait plus l’objet que d’un entrefilet, comme se sont envolés vos engagements sur la réalisation du tram-train, que nous demandons depuis plus de dix ans.

Je le conçois, notre Métropole a tellement de retard en matière de déplacements qu’elle a aujourd’hui besoin d’un électrochoc. Excusez-moi de ne pas vous féliciter d’envisager de faire ce qui s’est fait partout ailleurs il y a quinze ou vingt ans !

Enfin, on nous dit qu’il faut être raisonnable, responsable, que nous sommes contraints par des questions budgétaires. Mais, la faute à qui ? Qui a plombé les finances de cette Métropole, la plus endettée de France ? Qui a fait un choix en 2000, dont nous payons encore les conséquences ?

C’est trop facile de vous exonérer de cette responsabilité. Vous et votre majorité devez l’assumer, devant nos concitoyens. Mais ne nous demandez pas de vous en alléger la charge !

Je vous remercie.