Ligne 1 : accessibilité et place faite aux cyclistes

Conseil métropolitain du Grand Nancy
Vendredi 20 avril 2018 – 14h30

1 – Débat sur le renouvellement et l’extension de la ligne 1


Intervention de Vincent Herbuvaux

(Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le Président,
Cher.e.s collègues,

Mon intervention trouve écho dans de nombreuses participations à la concertation et, plus largement, dans les demandes depuis longtemps formulées par les aventureux cyclistes qui osent encore la traversée de Nancy.

Elle sera brève et concernera deux points principaux :

  • L’accessibilité générale du réseau de transports en commun ;
  • La place faite aux cyclistes dans la ville.

Tout d’abord, il faudrait que le Grand Nancy assume sa politique de déplacements vis-à-vis d’un certain nombre d’infrastructures, et notamment des filières dentaire et pharma. Assumer, cela signifie qu’il faut un accès au plateau de Brabois sans rupture de charges, et ce dès le début de la mise en service de la future ligne. La montée du plateau était déjà un problème il y a 20 ans. Nous avons donc eu le temps pour les études, et nous disposons d’ores et déjà d’un retour d’expérience.

Et même si la création de ce grand campus santé n’avait jamais eu lieu, la ligne est déjà largement saturée aujourd’hui. Dans ce contexte, la rupture de charges sera forcément perçue comme ce qu’elle est, à savoir : une dégradation du service public et une régression des prestations.

Les ruptures de charges doivent également être évitées pour un meilleur accès de la future ligne 1 aux personnes à mobilité réduite. C’est fondamental, et je ne suis pas le seul à l’évoquer aujourd’hui. Bien entendu, il faut également que le matériel lui-même et l’ensemble des arrêts soient pleinement accessibles. Le renouvellement de la ligne 1 doit être l’occasion à saisir pour qu’enfin, les personnes à mobilité réduite puissent monter et descendre à tous les arrêts du tram.

Il faut aussi, et là non plus, je ne suis pas le seul à le dire, un meilleur accès des cyclistes au matériel roulant. En d’autres termes, il faut leur permettre d’emporter davantage de vélos dans les transports en commun, en mettant en place des compartiments ou des accroche-vélos. C’est dès à présent qu’il faut l’envisager. Les cyclistes ne doivent pas être considérés comme la 5ème roue du carrosse.

D’ailleurs, je souhaite ici revenir sur la récente verbalisation des cyclistes contraints de circuler sur la voie du tram, seul itinéraire continu, sécurisant et efficace pour traverser la ville. Cette verbalisation ne peut être la seule solution. Elle condamne de surcroît les cyclistes à zigzaguer entre les voitures, à rouler à portée de portière et à s’enfermer dans un nuage de particules. Car vous n’avez rien à leur proposer de mieux, ainsi que le déplore le collectif « Nancy à vélo ». Il est donc important de réserver dès maintenant des emplacements pour les cyclistes, des itinéraires cohérents, sécurisés et agréables sur l’ensemble du territoire de l’agglomération, comme la loi vous y oblige par ailleurs.

Enfin, je vais conclure sur le nom de la présente communication qui parle « d’extension », alors que votre projet de phasage va concrètement raccourcir le tracé.

Je vous remercie.