Chantiers d’insertion : où sont les femmes ?

Conseil municipal de Nancy
Lundi 5 février 2018 – 14h30

25 – Mise en œuvre des chantiers d’insertion – 2018


Intervention de Chaynesse Khirouni

(Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le Maire, chers collègues,

Bien évidemment, nous approuvons la reconduction des chantiers d’insertion pour 2018.

Mon propos concerne l’accueil des femmes dans ces chantiers. Vous le savez, de manière générale, les chantiers d’insertion accueillent bien plus d’hommes que de femmes. Lorsqu’il ne s’agit pas d’activités de nettoyage ou du secteur tertiaire, seules quelques femmes intègrent les chantiers du BTP ou des espaces verts. Elles y sont toujours en très faible nombre et, bien souvent, elles n’y restent pas.

Malheureusement, notre collectivité n’échappe pas à la règle puisqu’à Nancy, sur 60 postes ouverts à des personnes répondant aux critères du Contrat à Durée Déterminée d’Insertion (CDDI), nous notons qu’il n’y a aucune femme.

J’imagine que les activités choisies expliquent, pour partie, cette situation : entretien des espaces verts, peinture-placo, entretien de voitures…

Je crois sincèrement que nous avons un travail à faire sur la représentation des métiers pour inverser la tendance et favoriser la mixité professionnelle, notamment en luttant contre les stéréotypes et en proposant aux femmes des formations dans des domaines dits « masculins » riches en opportunités. La Ville doit pouvoir mettre en place un accompagnement particulier, afin que nous puissions recruter beaucoup plus de femmes.

Pour faire quelques propositions d’activités, j’ai regardé les expériences d’autres villes. Malheureusement, je ne suis pas sûre qu’elles soient sources d’inspiration car elles relèguent à nouveau les femmes dans des domaines identifiés.

Par exemple, en 2003, une boutique relais d’articles de puériculture et une laverie en 2007, en support à un chantier d’insertion, ont été mises en place par la régie de territoire du pays de Lunel (Hérault), qui a voulu pallier le manque d’offres d’insertion pour les femmes. Autres exemples de départements qui ont proposé des chantiers de valorisation de meubles d’occasion, de recyclage de jouets, de confection et commercialisation de bouquets de fleurs biologiques, ou encore des chantiers d’insertion liés à l’industrie du bijou…

Je pense qu’il y a un véritable travail à faire pour trouver des solutions et lever les freins à l’accueil des femmes les plus éloignées de l’emploi, souvent isolées ou vivant des situations conjugales difficiles. Notre Ville doit être au rendez-vous.

Je vous remercie.