Consultation sur les rythmes scolaires : appel à la mobilisation

Conseil municipal de Nancy
Lundi 18 décembre 2017 – 14h30

15 – Projet Educatif Nancéien – Conventions avec des clubs sportifs et avec l’Université de Lorraine pour l’organisation d’activités périscolaires dans les écoles maternelles et dans les écoles élémentaires


Intervention de Marianne Birck

(Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le maire, chers collègues,

Au nom du groupe Nancy ville meilleure, je tiens à vous faire part de plusieurs éléments. En premier lieu, nous avons noté votre volonté et celle de vos collaborateurs, de traiter cette question de manière collective. Des points réguliers ont été faits et nous avons été régulièrement tenu informés de l’avancée de ce dossier. Il me semble pouvoir dire que nous avons tous fait preuve d’un esprit constructif.

Les trois réunions publiques proposées par la Ville étaient intéressantes et l’éclairage du professeur TESTU tout à fait pertinent.

Un premier point est d’ores et déjà à souligner : votre décision de maintenir les activités périscolaires gratuites. Ce point était pour nous essentiel afin de garantir l’accès à tous à ces activités.

La position de notre groupe est connue et publique. Nous souhaitons le maintien de cette répartition des apprentissages fondamentaux sur 4 jours et demi. D’ailleurs, les scientifiques ou spécialistes de l’éducation sont unanimes sur les bénéfices de la semaine de 4,5 jours. Ainsi, pour l’OCDE, la 5ème matinée de classe « permet un apprentissage de meilleure qualité ». Un retour en arrière serait donc tout à fait préjudiciable, notamment pour les enfants les moins favorisés.

Nous estimons donc qu’il ne faut pas revenir en arrière sur des progrès dont nous commençons à mesurer les effets : bénéfices de la cinquième matinée, de l’allongement de la pause méridienne, de l’allègement des après-midis ; mais également la mise en place de véritables activités éducatives de loisirs auxquelles n’avaient pas accès la majorité des enfants. Cette nouvelle organisation a conduit les collectivités, à travers la généralisation des PEDT, à s’impliquer davantage dans la réussite éducative des enfants, en construisant un partenariat de plus en plus constructif et complémentaire avec l’Éducation nationale.

Ce constat me permet de faire une proposition : en effet, à l’image de certaines villes comme Saint-Etienne qui le pratique, la mise en place d’une aide aux leçons gratuite dans toutes les écoles mériterait d’être expertisée. Nous sommes prêts à travailler avec vous sur ce sujet.

Je souhaite également dire ici combien le retour à 4 jours serait néfaste pour le travail des femmes. Les horaires d’école n’ont pas seulement un impact sur le rythme d’apprentissage des enfants : ils influent également l’organisation sociétale et familiale et notamment le temps de travail des mères, même si toutes ne sont pas touchées de la même manière selon leur catégorie socioprofessionnelle. En effet, 1/3 des emplois occupés par les femmes l’est à temps partiel, notamment pour adapter l’activité professionnelle à la présence des enfants le mercredi. Une étude publiée par l’Institut des politiques publiques a montré que la réforme des rythmes scolaires de 2013 a permis, en moins de 2 ans, de réduire de 15% l’écart de temps de travail sur cette journée entre hommes et femmes.

Nous le voyons, cette question des rythmes scolaires impacte en premier lieu la réussite scolaire des enfants mais elle impacte plus largement la structuration de la vie familiale et sociale.

A l’avenir, la mise en place d’une réflexion collective sur la question globale des temps de l’enfant, allant de la petite enfance jusqu’aux adolescents semblerait pertinente. La réussite scolaire mais également citoyenne des jeunes nancéiens doit être une priorité de notre collectivité.

Pour finir, je renouvelle notre appel à une mobilisation la plus large possible pour cette consultation numérique et je reprendrais une phrase de François TESTU, chronobiologiste et Président de l’Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes : « ce n’est pas rendre service à l’enfant que de lui proposer la semaine de 4  jours ».

Je vous remercie.