UNESCO : classement des fêtes de la St Nicolas

Conseil municipal de Nancy
Lundi 5 décembre 2016

51 – Fêtes de Saint Nicolas 2016 – Convention de partenariat avec l’Université de Lorraine dans le cadre de l’étude NICOLAB (Labellisation à l’Unesco de la Saint Nicolas)


 

Intervention d’Antoine Le Solleuz
SEUL LE PRONONCE FAIT FOI

Monsieur le maire, chers collègues,

Cette délibération marque une toute première étape dans le processus de labellisation UNESCO (au registre du patrimoine immatériel) des fêtes et traditions de la St Nicolas.

La procédure est plutôt assez standardisée : dans un premier temps, c’est au niveau de la France qu’on détermine la valeur des dossiers à présenter, suivi ensuite, après filtre, d’une demande de classement au niveau de l’UNESCO. Tout d’abord, Monsieur Le Maire, comme c’est la première fois que ce sujet est évoqué de manière concrète, la délibération ne donne aucune indication de calendrier sur ce point, ni sur la méthode retenue, ni sur les éventuels moyens humains et/ou financiers alloués pour conduire ce projet. Qu’en est-il ?

D’autre part, je voudrais vous rappeler qu’en juin 2009, certains de mes amis, ici présents, déjà dans l’opposition à cette époque, regrettant que Nancy agisse seule dans son coin pour un patrimoine touchant tout l’Est de la France et plus largement la Grande Région, avait émis l’idée au travers d’une pétition, d’inscrire ces traditions populaires au patrimoine universel de l’UNESCO. Proposition évidemment ricanée, puis laissée lettre morte par la majorité.

Au travers de cette réflexion, qui montre que l’opposition peut-être force de proposition, et que vous ne maitriser pas totalement le sujet, alors que cela fait 3 ans que vous en parlez, pourquoi Nancy continue-t-elle de travailler seule ? Pourquoi ne pas envisager un travail a minima au niveau du Grand Est (Lorrains et Alsaciens en tout cas) avec qui nous partageons ces traditions ?

Voire un travail au niveau de la Grande Région (en Belgique par exemple les fêtes de St Nicolas ont encore une place quasi équivalente à celles de Noël). Ce travail collaboratif aurait certainement plus de poids pour entamer des démarches auprès de l’UNESCO et permettrait de célébrer ce qui nous unit sur ce territoire traversé de nombreuses frontières nationales.

Je vous remercie