Projet de construction au pied de la tour Thiers

Conseil municipal de Nancy
Lundi 5 décembre 2016 – 14h30

89 – Rue Mazagran à Nancy – Projet de programme immobilier – Protocole foncier


Intervention de Bertrand Masson

(Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le Maire, cher.e.s collègues,

J’entends bien la grande prudence de Michel Dufraisse du point de vue juridique, mais cette délibération est quand même la première étape vers une possible construction à cet emplacement, au pied de la tour Thiers et le long de la rue Mazagran. C’est pourquoi je voudrais quand même émettre quelques réserves et faire des propositions.

Nous savons bien que ce quartier, et tout particulièrement cet endroit, suscite beaucoup de réactions en général. Il s’agit bien évidemment d’un lieu sensible de la ville, eu égard à son histoire et à sa très grande fréquentation, à la fois parce que c’est un espace de grande densité de population qui y réside, mais aussi parce que c’est la principale porte d’entrée de la ville par la gare. Celui-ci donne à voir Nancy immédiatement. D’ailleurs, nous avons noté que la réunion de quartier qui s’est déroulée récemment, avait été l’occasion de nombreux échanges sur ce projet de construction.

Notre point de vue à ce stade est le suivant : le statut quo n’est pas possible, la situation dans laquelle se trouvent les commerçants au pied de la tour Thiers n’est pas acceptable sur le long terme. Au point que certains disent aujourd’hui que c’était mieux pendant les travaux, car au moins, un accompagnement spécifique de leur commerce était mis en place. C’est par exemple ce que constate la fleuriste installée dans la galerie.

Nous voyons bien que l’installation provisoire dans laquelle sont ces commerçants, même s’ils sont de moins en moins nombreux, n’est pas tenable. Il faudra très rapidement envisager, sans doute avant même la construction dont nous parlons, des solutions pour les accompagner. Qu’il faille requalifier le pied de la tour Thiers, et notamment l’espace commercial, nous apparaît donc comme une absolue nécessité.

Il faut également, et nous l’avons souvent dit, que l’usage de la place Thiers soit repensé. Je crois qu’aujourd’hui, cette idée rassemble beaucoup de Nancéiens et de Grands Nancéiens. Certes, il y a eu une amélioration qualitative du parvis. Mais pour autant, cette place n’est encore qu’un espace de transit et pas véritablement une place de vie.

Je pense qu’il y a là une responsabilité croisée, partagée de la Ville de Nancy et de la Métropole pour penser la convivialité, des animations, et peut-être aussi une amélioration du visuel. En effet, l’hyper minéralité de cette place suscite également beaucoup de réactions. Je sais bien qu’on ne peut y planter des arbres, mais entre prévoir une forêt et un peu de verdure, il existe une marge que tout urbaniste et paysagiste sait résoudre. De nombreuses villes de France l’ont fait. On sait également le faire à Nancy en installant un magnifique jardin éphémère place Stanislas. On doit donc pouvoir trouver quelques solutions pour la place Thiers en ce sens.

Mais la question de l’animation ne se limite pas au « vert ». Cela doit également s’accompagner d’une réflexion globale d’aménagement et d’usage plus dynamique. Aussi, pour faire le lien avec ce dont nous parlons ce soir, le projet d’ouverture de l’hôtel Mercure avec une terrasse aménagée plein sud, est selon moi de nature à renforcer la convivialité de ce lieu. C’est en cela que je trouve qu’il s’agit d’un élément positif.

Bien évidemment, la construction d’un nouvel immeuble suscite beaucoup de réactions. L’architecte présent à la réunion de quartier a précisé qu’il s’agissait d’un immeuble de 8 étages, de 2 à 3 mètres supérieur au bâtiment de l’Excelsior, et dont les contraintes sont définies par l’ABF compte-tenu du secteur. Nous pouvons comprendre les inquiétudes, notamment au vu de l’histoire de ce lieu. Nous pensons donc qu’il faut vraiment aller au bout de cette réflexion d’ensemble, en associant bien sûr les riverains.

Par ailleurs, si bâtiment il doit y avoir, il nous semble qu’il faut réellement le penser de grande qualité, architecturalement parlant. Lorsque l’on voit fleurir aujourd’hui les bâtiments du nouveau quartier Nancy Grand Cœur, on se dit forcément qu’on ne peut pas se contenter d’un simple cube avec quelques fenêtres rue Mazagran.

Nous faisons donc la demande qu’un groupe de travail et de suivi soit constitué, comme cela avait par exemple été le cas pour le Grand Hôtel de la Reine. Nous voudrions bien sûr être associés à ce groupe pour pouvoir l’accompagner et se faire un avis définitif sur ce dossier qui n’en est, je l’ai bien compris, qu’à son commencement.

Dans l’attente d’une confirmation que ce travail et ce suivi puissent être élaborés, notre groupe s’abstiendra à ce stade sur cette délibération car, même si celle-ci ne concerne que le protocole foncier, il nous semble qu’il est nécessaire de réunir beaucoup plus d’éléments pour se forger une opinion définitive.

Je vous remercie.