Sécurité/tranquillité publique : bilan 2015

Conseil municipal de Nancy
Lundi 23 mai 2016

Communication – La Politique de la Ville en matière de Sécurité Publique pour l’année 2015


 

Intervention de Chaynesse Khirouni
Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Maire,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Directeur Départemental de la Sécurité Publique,
Monsieur le Procureur de la République,
Chers collègues,

Depuis 2010, le groupe des élus de gauche est intervenu à plusieurs reprises en Conseil municipal pour demander à la majorité de prendre en considération de manière plus forte les problèmes d’insécurité, de tranquillité publique auxquels notre ville est confrontée – comme d’ailleurs de nombreuses grandes villes –, et de renforcer les moyens que la Ville de Nancy consacre à la sécurité et plus particulièrement à la médiation et la prévention.

Nous sommes donc satisfaits de constater qu’enfin le sujet a été pris à bras le corps. La prise de fonction de Gilbert THIEL, Adjoint à la Sécurité et aux Libertés publiques, permet aujourd’hui à la Ville de Nancy d’être un partenaire engagé de l’Etat dans un contexte particulièrement difficile.

Je profite d’ailleurs de cette communication pour réaffirmer notre soutien à nos policiers. Les attentats qui ont frappé notre pays et la mise en œuvre de l’état d’urgence ont mobilisé les agents et les militaires qui se sont investis pleinement dans cet effort collectif de protection de nos concitoyens.

Compte-tenu de la situation à laquelle nous sommes confrontés, l’articulation et la coordination entre les différentes autorités est plus que jamais nécessaire – vous l’avez rappelé, Monsieur le Préfet.

Cette transversalité de l’action est indispensable, même si, en la matière, les responsabilités sont pour nous très claires : l’Etat est le garant sur l’ensemble du territoire de la République de la sécurité ; les collectivités assurent les actions de proximité et de prévention.

La transversalité est bien sûr indispensable, mais non suffisante. Concernant la sécurité, pas de miracle : il n’y a pas de sécurité sans moyens.

L’Etat a objectivement assumé ses responsabilités depuis 2012 en ayant accru les moyens pour assurer la sécurité des français, ce qui n’avait pas toujours été le cas lors du précédent mandat. Je suis toutefois consciente qu’il reste encore un important travail à faire pour redonner tous les moyens nécessaires, notamment humains et matériels.

Vous avez évidemment rappelé le contexte des attentats. Face au terrorisme, des moyens supplémentaires ont été engagés : le Ministre de l’Intérieur a récemment confirmé l’arrivée des premiers renforts d’effectifs pour les forces de l’ordre, avec une vingtaine de policiers et de gendarmes supplémentaires déployés dans le département, 13 adjoints de sécurité affectés en Meurthe-et-Moselle, et la création d’une antenne du Raid à Nancy.

Nous avons évoqué les moyens, mais il y a aussi, bien entendu, la nécessaire coordination renforcée avec les différents partenaires. Ici, la création de la Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) est une réponse adaptée. Les moyens ont été renforcés et une meilleure coordination se concentre sur les quartiers les plus sensibles. En l’occurence, pour Nancy, cela concerne le centre-ville, le Plateau de Haye et le quartier d’Haussonville.

On peut constater – et vous l’avez rappelé dans le bilan – une efficacité des partenariats et des coopérations entre l’Etat, la Ville, la Justice, et j’aimerais également ajouter le travail déterminant des associations et des bailleurs sociaux.

En 2015, le bilan de ce dispositif est encourageant. Plus généralement, on constate une amélioration des résultats en termes de sécurité.

Aussi, pour terminer, je voudrais simplement évoquer quelques difficultés et points de vigilance :

La question du trafic de drogues est très prégnante. Nous sommes régulièrement interpellés par les habitants de certains quartiers de la ville, centre-ville compris, où ces trafics installent un réel sentiment d’insécurité.

Le second sujet concerne la prostitution. Vous le savez, nous avons de véritables filières de traite des êtres humains, avec des trafiquants qui font miroiter un travail, un titre de séjour à de jeunes femmes qui acceptent de venir en France pour aider leur famille et se retrouvent ainsi piégées.

J’en profite pour saluer sincèrement le vote de la Loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel, même si je sais qu’il est nécessaire que des moyens soient engagés pour lutter contre les filières. Nous ne sommes plus dans l’imaginaire véhiculé par « Belle de jour » de Luis Buñuel, mais bien dans un véritable trafic.

Le troisième sujet est la tranquillité publique. Vous le savez, Nancy est une ville étudiante, avec ses 45.000 étudiants. Il existe évidemment une vie étudiante nocturne, et il nous faut trouver un équilibre pour continuer à assurer cette vie nocturne festive. Je crois d’ailleurs que nous serons tous d’accord pour affirmer que le tout sécuritaire n’est pas une solution. Par ailleurs, une Fête de la musique qui s’arrête à 23h ne peut conserver son esprit de fête.

Je souhaite cependant que l’on renforce la lutte contre l’alcoolisation excessive, et notamment ce qu’on appelle le phénomène de « binge drinking », où les jeunes absorbent de manière très rapide une grande quantité d’alcool avant l’entrée dans les boîtes de nuit. Ceci passe évidemment par un contrôle renforcé des ventes d’alcool et des partenariats avec les responsables des cafés, mais aussi par des actions de prévention et de lutte contre l’alcool et la drogue. A l’heure actuelle, celles-ci ne semblent pas être à la hauteur de l’ampleur du phénomène.

Enfin, le dernier point de vigilance concerne la prévention de la radicalisation. Le rôle de la Ville, en tant que partenaire de proximité, est ici essentiel. Je reprendrai les propos de Monsieur le Maire lors de l’hommage de ce matin à Marie Mosser et aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 : l’éducation et la culture sont les armes de la démocratie et de la République. Je crois qu’effectivement, la Ville a tout son rôle à jouer.

Vous le voyez, Monsieur le Maire, concernant la sécurité, vous pouvez compter sur notre groupe et notre volonté constructive pour apporter nos réflexions et propositions dans l’intérêt général et dans l’intérêt particulier des Nancéiens.

Je vous remercie.