Lancement des Etats Généraux

Conseil municipal de Nancy
Lundi 26 mai 2014


 LES ETATS GENERAUX POUR NANCY

Intervention de Bertrand Masson
(seul le prononcé fait foi)

Monsieur le maire, chers collègues,

Comme vous l’aviez annoncé lors du conseil municipal d’installation, des Etats généraux pour discuter des orientations du nouveau mandat, seront menés au cours du second semestre de cette année.
Vous avez d’ailleurs déjà commencé à assurer le service pré-vente, si j’ose dire, dans la presse locale ainsi que dans le dernier numéro de Nancy mag sorti la semaine passée. A ce titre, l’opération de communication en tout cas, est déjà réussie.

Vous nous proposez d’échanger sur la base d’un texte qui n’a d’ailleurs pas été présenté au préalable en commission, document qui expose la méthode et vos objectifs. Il recèle aussi quelques beaux éléments de langage et autres pics à destination du gouvernement.

Je passerai d’ailleurs rapidement sur ces attaques contre les orientations prises au niveau national. Il semble que ce soit devenu chez vous une habitude. Dès qu’un sujet délicat à gérer se fait jour, la faute en revient à ce méchant gouvernement. J’espère que vous n’abuserez pas de ce ressort outre mesure, et qu’une fois pleinement à l’œuvre, vous assumerez pleinement votre mandat et les difficultés inhérentes à la gestion d’une collectivité importante comme l’est la mairie de Nancy.

D’effets de manche, vous ne semblez d’ailleurs pas être lassé puisque vous faites à de nombreuses reprises, mention à la dernière campagne électorale. Vous inscrivez même le lancement de ces états généraux dans la continuité du projet partisan que vous avez présenté aux Nancéiens. Vous dites même que le projet de ville rédigé à l’issue de ces 6 mois travail « constituera la version dite 3.0 du projet Aimer Nancy – forte, bienveillante et solidaire . »

Ceci nous pose question. Il y a maintenant 2 mois, n’êtes-vous pas devenu le maire de TOUS les Nancéiens ? En lisant cela, c’est à se demander. Il serait vraiment temps que vous vous extrayez de votre rôle de candidat pour endosser votre mandat de maire. La campagne électorale est définitivement terminée, même si vous nous donnez l’impression de vouloir en reprendre pour 6 mois.

Au-delà même de ces deux premières remarques, l’impression générale qui résulte de la lecture de cette communication, est que vous n’avez aucune confiance dans le projet que vous avez défendu les 23 et 30 mars dernier, à tel point que vous demandez aux Nancéiens de l’amender, de l’enrichir d’idées et de propositions nouvelles. C’est une lecture possible. L’autre, en lisant entre les lignes, serait que, conscient des difficultés financières héritées et à venir, vous deviez revoir à la baisse vos ambitions initiales, et que pour cela vous comptez sur les Nancéiens pour trancher entre les projets et priorités annoncés il y a seulement 2 mois.

Quoiqu’il en soit, le calendrier des consultations que vous annoncez, du début de l’été à la fin de l’année, nous indique qu’en tout état de cause, rien ne bougera avant le début 2015. Alors 2014, une année pour rien, une année blanche ? Cette impression de flottement est tout de même relativement surprenante et ce au moins pour deux raisons.

La première étant que vous avez pris la tête d’une collectivité dont vous avez été adjoint pendant plus d’une dizaine d’années. Les Nancéiens étaient en droit d’attendre que la transition se fasse rapidement.

Vous n’aviez d’ailleurs pas cessé de rappeler ces derniers mois, que dès le lendemain de l’élection vous seriez dans l’action, au service de tous les Nancéiens. Au final d’action et de décision portant votre patte il n’y aura pas au mieux avant 2015.

Si j’ai pour l’heure émis un certain nombre de réserves quant à ce projet, force est de constater que sur la démarche à proprement parler de ces états généraux, nous vous rejoignons en partie. Principalement parce que nous avons porté pendant ces 6 dernières années, et encore plus pendant la campagne, un discours et des propositions appelant à une nouvelle manière de conduire l’action publique locale.
Nous avons d’ailleurs, mais nous y reviendrons, présenté certaines d’entre elles au moment de l’adoption récente du nouveau règlement intérieur de notre assemblée lors du dernier conseil municipal.

Nouvelle gouvernance plus ouverte et plus à l’écoute des citoyens, démocratie participative renouvelée et renforcée, à la limite peu importe l’appellation du moment que les actes traduisent une profonde refondation de la relation et de la proximité avec les Nancéiens, en s’inscrivant dans la durée.

Vous ouvrez une période de 6 mois de dialogue avec les habitants, sous des formes variées. Nous espérons, mais cela va mieux en le disant, que votre « Six mois pour six ans » ne signifie pas qu’une fois ces états généraux refermés, les citoyens n’auront plus le droit de cité.
Nous espérons également que ce souci de refonte de la gouvernance municipale sera plus qu’une marotte.

Pour être efficace, il faudra également que ces Etats généraux se traduisent par des décisions concrètes, ayant des effets sur la vie quotidienne des Nancéiens. A ce sujet, il faudra veiller à ce que la structure que vous avez souhaité souple pour permettre des ajustements, ne se transforme pas en une architecture molle et illisible pour le commun des mortels. Il est important que tous puissent s’exprimer, y compris celles et ceux qui sont éloignés du débat public.

Par ailleurs, entre les conventions thématiques, les rencontres de quartier, les lieux d’expression numérique, le conseil des sages, reconnaissez que l’organigramme est plutôt surchargé. Dans ce contexte, le travail de synthèse qui s’opèrera au bout du chemin se devra d’être complet et minutieux, afin que chacun puisse s’y retrouver.

Vous l’aurez compris, dans cette période d’échanges, que nous souhaitons productifs dans l’intérêt des Nancéiens, nous aurons un œil critique et constructif sur ces états généraux, ce qui nous conduira notamment à produire un certain nombre de propositions et contributions. Nous donnons rendez-vous aux Nancéiens tout au long de ces 6 mois, ils peuvent compter sur nous.
Nous vous donnons rendez-vous dans 6 mois pour voir la traduction politique que vous ferez de ces Etats généraux.